L’ Ecole d’Architecture de Volvic a été fondée en 1820 par Chabrol de Volvic (1773-1843).

L‘histoire admet que la première tentative d’émaillage de la lave de Volvic date de 1827.

En 1828, Alexandre Louis d’Allonville (1174-1852), nouveau Préfet du Puy-de-Dôme et ami de Chabrol de Volvic, souhaite que l’école intègre dans son enseignement celui de l’émaillage de la lave.

En 1846…devant l’avenir prometteur de la lave émaillée…le Conseil Général du Puy-de-Dôme verse une allocation de secours de 300 francs à l’école pour que celle-ci développe une formation dans ce sens.

Pour autant, il faudra attendre 1990 pour qu’une formation professionnelle existe au sein de l’école !

 Les 27 et 28 juin 1986, l’EDAV organise la 1ère Rencontre Nationale des Emailleurs sur lave de Volvic. Y participe une quarantaine d’émailleurs venant du Morbihan, de la Gironde, des Hautes Alpes, du Var, du Gard, de la Haute Savoie, de l’Allier et du Puy-de-Dôme. Michelin a délégué deux personnes de son conservatoire. Une petite exposition regroupant quelques deux cents pièces accueille quatre cent cinquante visiteurs. Le groupe rend visite à Jean Borel, à Riom, alors doyen des émailleurs sur lave. Suite à cette première rencontre, l’EDAV diffuse un petit Bulletin de liaison des Emailleurs sur lave (il en sortira onze numéros, le dernier en juillet 1991)

 

Jean_Borel

à gauche : Paul Corriger - à droite : Jean Borel,  lors de la 1ère Rencontre Nationale d'Emailleurs sur lave (photo JP Naud)

 Du 7 septembre au 7 octobre 1987, l’EDAV met en place, à la salle des Fêtes de Volvic,une grande exposition intitulée Des hommes, des techniques. Un volet de cette exposition est consacré à l’historique de la technique d’émaillage de la lave. Cette exposition a été possible grâce au concours financier du Conseil Général du Puy-de-Dôme, de la commune de Volvic, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Riom, de la Société des Eaux de Volvic, du Crédit Lyonnais, du Conservatoire du Pneumatique Michelin de Clermont-Ferrand, du Club Historique Mozacois, du Conservatoire des Arts et Métiers de Paris, et des entrepreneurs de lave de Volvic. Cette exposition accueillera en un mois 2200 visiteurs…comptabilisés par la mairie de Volvic !

Les 26 et 27 septembre 1987, l’EDAV organise la 2ième  Rencontre Nationale des Emailleurs sur lave de Volvic. Cette fois, ils sont une cinquantaine, avec une personne venant de Suisse, et une autre d’Allemagne.

flamme_temporaire

flamme postale temporaire à l'occasion de la 2ièmeRencontre Nationale d'Emailleurs sur lave, à Volvic

 Les 23 et 24 septembre 1989, l’EDAV organise la 3ième Rencontre Nationale des Emailleurs sur lave de Volvic. Une trentaine de professionnels s’y retrouve. Jean-Marie Louviaux, architecte des Services Techniques de la ville de Clermont-Ferrand, anime un débat sur l’emploi de tranches de lave brutes et/ou émaillées en architecture. Gérard Montel fait un exposé sur la professionnalisation d’un métier : celui d’émailleur sur lave. Il en  résulte que cette professionnalisation passe par un enseignement de cette pratique et la mise en place d’un diplôme le validant. C’est là le véritable point de  départ du projet d’enseignement dans cette discipline

Les 16, 17 et 18 juin 1995, l'EDAV organise le 1er Salon National de la Lave et de l' Emaillage et la 4ième  Rencontre Nationale des émailleurs sur lave.

 

carton_d_invitation_1995

couverture du carton d'invitation pour le 1er Salon National de la Lave et de l'Emaillage en 1995

reproduction d'une oeuvre en lave émaillée de Laurence Castanie

En 1990, la première action de formation durera six mois et concernera 4 élèves. C’est le sous-préfet de Riom, Jacques Guionet, qui viendra remettre les diplômes école aux élèves. Diplômes école, car il y a – à cette époque - un délai de 3 ans d’expérimentation de la formation avant de pouvoir demander une reconnaissance nationaleUn premier référentiel de formation a été élaboré en vue d’obtenir une reconnaissance nationale, un diplôme de niveau V. Il faudra attendre 1995 pour obtenir l’homologation de ce diplôme, homologation valable du 1er janvier 1995 au 31 décembre 2003 (arrêtés des 29 septembre 1995 et 3 octobre 2002).Cette homologation sera prolongée (décret du 19 février 2004) jusqu’au 31 décembre 2005.Puis une nouvelle prolongation sera accordée (arrêté du 16 février 2006), du 5 mars 2006 jusqu’au 5 mars 2011.

La formation de niveau V étant apparue comme pouvant être améliorée, l’IMAPEC-Traces de pierre déposera un nouveau référentiel de formation pour une certification de niveau IV. Cette nouvelle certification a été enregistrée pour 3 ans, c'est-à-dire jusqu’au 7 février 2017.

Ces certifications nationales font l’objet de fiches dites Résumé descriptif de la certification, enregistrées au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) et accessibles sur Internet (sous tutelle du ministère en charge de la formation professionnelle, le RNCP contient les fiches descriptives de chaque certification ayant valeur nationale accessible par la voie de la formation initiale ou continue ou par la VAE (validation des acquis de l’expérience). Il a été créé dans la continuité de la commission technique d’homologation)

La section Emailleur sur lave de l’IMAPEC-Traces de pierre propose donc aujourd’hui une formation qualifiante de niveau IV, en formation longue durée, avec stages en entreprise. Mais elle peut aussi dispenser des formations complémentaires de plus ou moins longue durée sur une pratique particulière dans l’exercice de cette profession.

(voir http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/visualisationFiche?format=fr&fiche=19615)